• 9 Algériens accusés de harcèlement sexuel : Un psychologue Algérien des USA à Alger explique…

    9 Algériens accusés de harcèlement sexuel : Un psychologue Algérien des USA à Alger explique…Malentendu interculturel ? Neuf Algériens accusés de harcèlement sexuel en Allemagne : Un psychologue interculturel Algérien des USA à Alger explique…

    Dr. Azzedine Mezbache est psychothérapeute, psychologue du travail et des organisations à Alger, qui a vécu et travaillé 37 ans aux usa, ex-professeur a l’University of Redlands, USA.

     Odean53@yahoo.com.

    http://dramezbacheblog.blogg.org 

    http://psychologuedutravaildesusa.jimdo.com/ 

    Avant de commencer cette analyse complexe de ce triste  événement interculturel en Allemagne à l’aube du nouvel an 2016, je voudrai être très clair sur une chose : ces jeunes filles allemandes, ce jour-la, étaient des victimes. Elles n’ont rien fait pour mériter qu’on les agresse, les touche, ou les harcèlent si ces faits avaient officiellement été établis par une enquête objective de la justice allemande. Du point de vue culturel de ces jeunes femmes allemandes, elles ne se sont comportées que conformément à leur conditionnement culturel. En occident, dans des situations sociales ou des femmes rencontrent des hommes, une femme qui sourit, -ou même touche tendrement et amicalement un homme-, ne veut pas dire nécessairement qu’elle veut avoir une relation intime avec cet homme. Cela est tout à fait normal pour eux/elles durant ces rencontres ou femmes et hommes s’amusent jovialement sans arriéres pensées sexuelles.

    Quand le culturel et le sexuel clash…

    La diversité culturelle étant une de mes spécialités (j’ai enseigné la psychothérapie et le management interculturel pendant des années), la sexualité humaine étant un de mes cours préférés (« Sex and Gender ») pendant mes dernières 37 années aux usa, j’espère que, humblement, je pourrai éclaircir pour vous et vous aider à comprendre ce qui s’est passé cette nuit-la. Bien sur, je n’étais pas présent ce jour-la mais j’ai vu ce genre de malentendus culturel en milieux universitaires aux usa ou j’ai étudié et exercé. « L’être humain est un produit de son milieu culturel, » des étudiants étrangers avaient été accusés de ce genre de « crime » aux usa. Certains d’eux étaient mes patients et certains avaient même fait de la prison pour ce genre de délit qui dérive principalement d’un malentendu interculturel.

    A U.S, International University ou j’ai obtenu mon doctorat, j’étais aussi le président des l’union des étudiants (5000 au total) et j’ai côtoyé des étudiants de plus de 100 cultures dont les 3/4 venaient de pays aussi divers que l’Afghanistan et l’Allemagne ou l’Espagne et l’Indonésie et, parmi eux, vous l’avez deviné : 6 Algériens (5 males et 1 femelle). La plupart étaient confus et égarés dans une culture étrangère, non familière, libre et démocratique, très différente de leurs cultures ou on peut aisément assumer qu’une fille sympathique et souriante est une fille « facile ».

    Un grand clash de cultures…

    Essayons d’expliquer comment l’aspect culturel, l’aspect individuel et aspect sexuel s’étaient enchevêtrés pour créer cet immense malentendu interculturel. Nous les psychologues interculturels on ne juge pas. Si on jugeait on perdrait la plupart de nos clients. On préfère comprendre puis expliquer le pourquoi du comportement humain dans un contexte interculturel.

    Ce malentendu interculturel est si complexe et si sensible que sans un esprit ouvert, critique, et calme on ne peut le comprendre. Les émotions certes ont leur place dans cette situation mais essayons d’utiliser la réflexion critique pour comprendre ce qui est arrivé. F. Scott Fitzgerald, un penseur américain va nous aider dans cette analyse objective. Pour encourager l’esprit critique Il disait «…le test d'une intelligence de premier ordre est la capacité de tenir deux idées opposées à l'esprit en même temps, tout en conservant la capacité de fonctionner. On devrait, par exemple, être en mesure de voir que les choses sont sans espoir et cependant être déterminés à faire autrement. » («…the test of a first-rate intelligence is the ability to hold two opposed ideas in the mind at the same time, and still retain the ability to function. One should, for example, be able to see that things are hopeless and yet be determined to make them otherwise.”). En d’autres mots si je vous dis que ces jeunes femmes allemandes avaient raison, ne sauter pas à la conclusion que l’autre parti, -ces jeunes algériens-, avaient 100% tort. Les situations humaines complexes généralement requiert un esprit ouvert et critique, sans jugement apriori concernant cet événement. Si un parti a 100% raison, l’autre parti n’a pas nécessairement 100% tort. Les comportements complexes de cette situation ne permettent pas une conclusion basée sur l’hypothèse du « tout ou rien. »

    Les hommes doivent apprendre à contrôler leurs pulsions sexuelles…

    Encore une fois, ces jeunes filles allemandes sont des victimes. Et les blâmer c’est les victimiser doublement. Cet étudiant du comportement humain est la dernière personne sur cette terre qui va vous dire qu’elles ne sont pas des victimes. Le fait quelles aient envoyées des signaux inter-gendres qui ont étés mal interprétés par ces jeunes hommes d’une culture différente n’est pas leur problème.

    Les hommes de ce monde y compris ces jeunes algériens, doivent apprendre et comprendre, eux-aussi, qu’ils partagent la responsabilité du contrôle approprié de leurs pulsions sexuelles. Cessons de blâmer uniquement les femmes pour le comportement sexuel inapproprié des hommes. « Elle s’habillait comme une prostituée, que veut-tu que je fasse ? Je n’y pouvais me retenir » n’est pas une excuse au 21eme siècle et aux yeux des lois justes de la plupart des pays démocratiques. Certaines lois dans certains pays non démocratiques vous diront le contraire. Ils évoqueront cette analogie. « C’est come si moi, je vais me promener dans un quartier pauvre et délabré brandissant devant tout le monde des centaines de billets de banque, espérons qu’on ne m’agresse pas. Si on m’agresse c’est parce que je le mérite. On ne brandit pas des centaines de billets de banque dans un quartier pauvre.» Ce genre de jugement présent jusqu’ à ce jour dans certains pays est une insulte à ces victimes et à l’intelligence de l’homme moderne éclairé et éduqué qui sait qu’il partage la responsabilité de contrôler ses pulsions sexuelles.

    On ne peut justifier ce qui c’est arrivé, mais uniquement comprendre et expliquer la dynamique de cet événement utilisant comme guide la science de la sociologie, l’anthropologie, et la psychologie de la communication inter-gendre (que j’ai enseignée plusieurs fois aux usa).

    L’aspect culturel de cet incident…

    Qu’on appelle ces jeunes algériens « voyous », « violeurs », « harceleurs » et les tous les autres gros mots qu’on les a déjà appelés ne servirait à rien. J’espère que comme moi, vous préfériez « comprendre et expliquer pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait ».  En fait, ces derniers mots-la entre guillemets sont en bref la définition de la psychologie, plus précisément, « l’étude scientifique du comportement humain et des procès mentaux. »  

    Cet événement interculturel, déchireur des relations entre deux pays amis, illustre ce qui se passe quand deux types de conditionnement culturels complètement différents clash. L’un allemand favorisant la liberté sexuelle, l’autre algérien favorisant la misère sexuelle. Les deux ont raison. Vous vous dites peut-être « comment se peut-il que les deux aient raison ? » Permettez-moi de partager avec vous d’abord cette prémisse pour commencer : nous les psychologues interculturels quand on compare les cultures (et surtout quand il faut décider qui a raison et qui a tort dans une transaction interculturelle) on tranche à uniquement une seule chose : la violence. On se pose cette question importante afin d’éclaircir qui a tort et qui a raison dans un malentendu interculturel: « est-ce que l’un de ces partis a souffert un acte violent dans cette transaction interculturelle? » Si la réponse est « oui » et la violence, sous n’importe quelle forme, et si surtout elle est physique (parce que facilement quantifiable) a été utilisée alors on conclut que cette culture -algérienne par exemple- qui a conditionné ces jeunes de cette façon, est « mauvaise ».

    Si violence il ya, alors ces neuf algériens sont coupables. Si ces neufs algériens ont touché, embrassé, ou agressé physiquement ces jeunes filles allemandes SANS leur permissions, ils sont coupables. On ne peut utiliser l’excuse que leur conditionnement culturel les a prédisposé à victimiser ces femmes allemandes. Si de l’autre côté, elles n’avaient pas été touchées ou embrassé agressivement mais harcelées verbalement, les lois impartiales de ce monde (y compris celles des USA, l’Angleterre et je suis sur l’Allemagne aussi) donnent un répit aux coupables prenant en considération le fait que, soufrant peut-être d’un choc culturel, ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient étant des nouveaux arrivants dans la culture allemande. J’ai vu des juges aux USA prenant en considération ce factor (non familiarité avec la culture du pays hôte). Un autre facteur entre en jeu : le fait que « faire la bise » a minuit juste avant le nouvel an est permis, complique les choses pour ces 9 algériens parce que 1) cela les mets en contact physique avec ces filles et 2) a « attisé le feu » de ces jeunes gens qui peut-être croquaient que ce rite banal (bise) était une promesse d’intimité. Ce malentendu innocent n’aide pas les choses. Franchement même dans une même culture parfois les hommes utilisent ce subterfuge pour être étroitement en contact physique avec une femme durant le nouvel an.

    Supposons que ces neuf algériens avaient touché (mais pas embrassé ou agressée physiquement) leurs victimes, expliquons menant comment l’aspect culturel s’enchevêtre avec l’aspect personnel et sexuel dans ce harcèlement. Jeune de 24 ans, j’ai vécu en Angleterre, aux Usa et en Algérie et je sais ce qui se passe dans la tête de ces jeunes-la du moment que leurs yeux avaient rencontré les yeux de ces jeunes allemandes ce premier jour du nouvel an.

    Il ya d’autres contextes à explorer pour comprendre ce faux pas interculturel. L’empathie interculturelle requiert qu’on se mette à la place de ceux qui sont différent de nous culturellement. Cela n’est pas facile à faire mais on peut toujours essayer.

    Visualisez ceci : En Algérie, on dit à Salim l’algérien moyen toute sa vie que fréquenter les filles, les regarder, les toucher sont tabous. (la yajouz). Mais après son mariage tout est permis. En Allemagne, on dit à Gretchen, l’Allemande moyenne toute sa vie que son corps est son temple, qu’Il est sacré, que c’est sa propriété privée, que personne ne peut le toucher sans sa permission, mais qu’elle peut le partager avec un homme uniquement si elle veut et même si elle n’est pas marie à cet homme. Ce qui complique les choses c’est que ce jeune algérien Salim qui, toute sa vie, -du corps féminin- il n’a vu que la face et les chevilles s’il a de la chance, être en présence d’une fille occidentale totalement différente des filles algériennes est une expérience extraordinaire, pas de ce monde. Surtout que ces filles-là sont physiquement très différentes des filles algériennes. Rappeler vous que la guerre de trois s’était déclenchée quand un homme kidnappa la femme d’un autre parce qu’il était ensorcelé par son « look ». Ces jeunes-là, placés dans un contexte interculturel ambigu, ou les règles et les normes sociales ne sont pas claires (on ne sait pas ce qui est approprié ou pas dans ce nouveau pays alors on se comporte comme dans son propre pays), la logique et le rationnel disparaissent pour un moment et sont remplacés par un homme préhistorique 100% instinctuel qui, –motivés uniquement par ses pulsions sexuelles- ne voit ces femmes allemandes libres sexuellement que des futures partenaires faciles, une chance unique de 1) propager et assurer la survie de ses gènes et 2) perpétuer la race humaine. C’est, grosso modo, ce qui s’était passé dans la tête de ces jeunes hommes qui très probablement manifestaient tous les signes d’un choc culturel (confusion etc.) pris dans l’étau d’une culture qu’ils ne comprennent pas.  

    Rêves brisés… transformés en cauchemars…

    Quel ironie… ces jeunes algériens qui ont défié la hogra, les maintes injustices dans leur propre pays, la misère sexuelle, les humiliations d’un voyage forcé et qui ont choisi l’immense risque de périr au fond de l’abysse impardonnable… au lieu d’atterrir dans un pays libre ou, pour la première fois de leur vie, ils allaient respirer l’air frais de la liberté,… leurs rêves se transformaient en cauchemars. Leurs rêves se terminent avant qu’ils n’aient commencé.

    Quelle ironie… cette jeunesse algérienne perdue, désillusionnée, sans repères, l’avenir de l’Algérie, est pris dans l’étau d’une humiliation sans limites, rêves brisés, ambitions écrasées. Qu’est ce qui attend ces 9 jeunes gens menant ? Un séjour très probable dans une prison allemande ? une humiliation à l’internationale ? puis, ajoutant l’insulte à l’injure, le retour humiliant à la misère de l’Algérie ? C’est très triste : le sort de certain êtres humains n’est entièrement pas le résultat de ce qu’ils font mais de ce qu’on leur fait. « Freedom does not come from free » (“Etre libre n’est pas gratuit).

    « Ô rage! Ô désespoir! Ô vieillesse ennemie! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie » se révoltait Don Diègue (devenu âgé} dans “Le Cid” (1637) dans son monologue après l'insulte du Comte (plus jeune). La vieillesse de Don Diègue est la hogra de l’Algérie injuste qui ne valorise pas ses jeunes et qui les traite comme des citoyens de seconde classe. Aux usa ou les jeunes du pays sont le moteur du pays et de l’économie, les rêves des jeunes américains sont riches d’espoir et d’ambition dans une démocratie libre, dénuée de préjudices “dédiée à la proposition que tous les hommes on été crée égaux” (Abraham Lincoln). Chez nous, on les abaisse, on les méprise, on discrimine contre eux. On les mets en prison figurativement et littéralement.

    Que fait-on quand toutes les portes de l’espoir sont fermées ? Quand votre propre pays vous jette la pierre ? L’angoisse monte. Le stress monte. Et le suicide monte. Les dernières statistiques en Algérie supportent cela. Nos jeunes hommes menant se tuent de plus en plus. Que-est-ce qui attend cette jeunesse sacrifiée et sans issue ? Mais ne sous estimant pas la volonté et le détermination de cette jeune « relève » dont parlait si fièrement Boumediene dans les années 1970. Leurs aïeux se sont vaillamment débarrassés d’une puissance que l’on croyait trop puissante et une tache impossible. Comme nous avertis si éloquemment un penseur américain, « Quand le people est uni, nulle puissance qui peut rester debout.” (« When the people are united, no power can stand. »


  • Commentaires

    1
    Cherif
    Samedi 13 Février 2016 à 17:17

    Bravo cher compatriote de l'autre coté de l’atlantique

     

     

    Vous m'avez donner la définition du choc culturel

     

    Chapeau  Bas

      • Lundi 15 Février 2016 à 15:53

        Bonjour Cherif,

        Le choc culturel est une réalité. Tous ceux qui vivent dans une culture différente l’ont ressenti, généralement 3-6 mois après le séjour dans un autre pays. Il disparait petit a petit au fur et a mesure qu’on découvre la culture hôte.

        Juger moralement le comportement du visiteur est facile, comprendre les vraies raisons de son comportement (non familiarité, confusion etc.) dans un pays étranger est plus difficile. Thanks. 

    2
    Mounir
    Lundi 29 Février 2016 à 10:26

    Bonjour Docteur;

    Je vous remercie pour cet article qui vient remettre les pendules à l'heure et annihiler l'analyse biaisée de Kamel Daoud sur le comportement de ces jeunes. La religion a peut être une influence sur la conduite de ces jeunes là mais elle n'explique pas à elle seule les vrais raisons ayant conduit à ce drame.

    Mes respects.

    3
    Lundi 29 Février 2016 à 16:42

    Mounir, il y a des gens qui veulent expliquer tout moralement. It does not work that way. Ces jeunes etaient confus, pris entre une society qui interdit et une autre qui permets. Ils ont reagi. On me paye beaucoup d'argent aux usa pour former les managers en route vers d'autres pays pour qu'ils ne commettent pas ce genre d'erreurs. Thanks.

    http://dramezbacheblog.blogg.org/ 

    http://psychologuedutravaildesusa.jimdo.com/ 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :